La méthode FLOCON

pexels-photo-813870.jpeg

Source de l’image : Pexels.

Fatiguée de réécrire cinquante fois la même longue histoire à cause d’un problème de planification de scénario (j’aimerai bien passer à autre chose ><), j’apprivoise depuis quelques mois maintenant la méthode Flocon. Cette dernière, bien qu’assez longue, m’a permis de me débloquer par rapport à mes ennuis scénaristiques et d’avoir une nouvelle version de mon plan bien plus logique.

Voici un petit article de présentation de la méthode :)

QU’EST-CE QUE C’EST ?

La méthode Flocon (the snowflake method en anglais) est un concept de structuration et d’organisation du récit imaginé par Randy Ingermanson (voici son site en anglais). Le principe est de partir d’une phrase résumant l’intégralité du roman à écrire pour ensuite l’étoffer et arriver jusqu’à un plan très détaillé. J’ai découvert cette méthode par le site Espaces comprises, qui a fait une excellente série d’articles pour adapter cette méthode au monde francophone et expliquer les différentes étapes (il y en a un paquet). Je t’encourage à aller lire ces articles si tu souhaites creuser le sujet, ils sont très bien fais.

COMMENT CA MARCHE ?

Je suis ici les articles d’Espaces comprises pour expliquer superficiellement ce concept. Si jamais tu connais le site Scribbook, ce dernier propose un canevas spécifique pour la méthode Flocon lors de la création d’un projet. C’est pas beau ça ? :)

La méthode Flocon est découpée en dix étapes :

  1. La première est de laisser parler sa créativité. Laisse ton esprit vagabonder pour trouver de bonnes idées, te faire une idée des personnages de l’histoire que tu veux écrire et surtout, n’oublie pas de tout noter.
  2. Ensuite, l’objectif est de résumer en une phrase l’intégralité de ton histoire sans nommer les différents personnages. L’important est de saisir l’essence de ce que tu veux écrire et de ne pas se disperser dans les détails.
  3. A partir de ce résumé succint, il faut l’étoffer en écrivant un paragraphe de cinq phrases. Celui-ci doit suivre le schéma suivant, qui permet d’avoir un aperçu général du scénario :
    1) Le début (ou Situation initiale) ;
    2) La péripétie 1 (ou Élément perturbateur) ;
    3) La péripétie 2 ;
    4) La péripétie 3 (ou Climax) ;
    5) La fin (ou Résolution finale).
  4. Ceci fait, on peut passer à une étape qui a son importance : répertorier les lieux et les personnages qui seront présents dans l’histoire. Inutile de commencer les fiches de personnage ici, il faut juste savoir qui sera présent dans l’histoire et où. Pour chaque personnage, l’objectif est de résumer ce qu’il va lui arriver dans l’histoire en une seule phrase ainsi que définir succinctement ses motivations. Une fois cela fait, développer la phrase en un court paragraphe.
  5. Maintenant que l’on en connait un peu plus sur les personnages, l’étape suivante est d’écrire un synopsis court en les incluant. Pour cela, il faut reprendre le résultat de l’étape 3 et développer la première et deuxième ligne ensemble dans un premier paragraphe et les lignes 3, 4 et 5 chacune en leur propre paragraphe. L’important est d’être le plus explicite possible, ça va t’aider pour la suite.
  6. On retourne sur les fiches de personnage, que l’on va devoir développer cette fois en un court synopsis. Ceux-ci doivent être écrits du point de vue du personnage. Une page pour chaque personnage principal et une demi-page pour les secondaires suffit.
  7. Zoom à nouveau sur le synopsis, qui va être une fois de plus étoffé. C’est la dernière étape avant l’écriture du plan ! Chaque paragraphe doit être développé pour atteindre une page environ. L’important est d’être clair et explicite, ça reste un outil de travail qui ne sert qu’à toi.
  8. Retour une dernière fois sur les personnages, pour lesquels on va enfin créer une fiche de personnage complète. Ne lésine pas dessus, plus tu auras d’informations et plus tes personnages auront de corps dans l’histoire. Marièke du blog Mécanismes d’Histoire a fait un article assez complet sur la création d’un personnage, que je relis souvent. J’aime bien perdre du temps jeter un œil sur Deviantart ou Pinterest, qui proposent toujours de jolies images dont on peut se servir pour les descriptions.
  9. A présent que l’on a un synopsis bien détaillé, c’est l’heure de créer le plan :) L’objectif est de reprendre le synopsis complet de l’étape 7 et de le diviser en scènes. Espaces Comprises conseille de définir les éléments suivants  pour chaque scène :
    1) Identification (numéro et/ou titre) ;
    2) Le point de vue utilisé (quel personnage voit/vit la scène) ;
    3) Brève description de l’action.
  10. C’est l’heure d’écrire le premier jet ! Enfin !

MES IMPRESSIONS

Bien que cette méthode soit assez ardue, elle m’a beaucoup aidé à créer un scénario abouti et qui tient la route à mes yeux (même si j’ai trouvé quelques incohérences qui, heureusement, restent mineures).

Concernant ma fanfiction Harry Potter que je réécris pour la troisième fois, cela m’a permis de mieux identifier qui était le héros (dans la V1, je m’éparpillais sur tous les personnages) ainsi que d’établir un enchaînement d’actions beaucoup plus logique. Je me suis également rendue compte que des événements auxquels je tenais n’avaient aucune justification hormis le fait que je les aimais bien et qu’il valait mieux les supprimer pour garder une certaine cohérence dans l’histoire.

Cependant, qu’est-ce que c’est LONG à suivre ! J’ai mis un temps fou à trouver la phrase qui résumait l’intégralité de mon histoire (ce qui m’a fait virer une bonne partie du scénario) et j’ai bien galéré pour trouver les conflits et la fin. Mais une fois arrivée à l’étape 5, tout a été soudainement plus facile pour moi. Avec mes différentes versions, j’avais suffisamment de matière et de scènes à caser dans les différentes parties. J’ai en revanche l’impression que la situation initiale est trop volumineuse et déséquilibrée par rapport aux autres, qui sont moins étoffées. Je ne sais pas encore quoi en penser. Est-ce que tu es plutôt d’avis à équilibrer les parties d’une histoire ou peu importe ?

De plus, cette méthode est assez rigide et laisse peu de place à la « vie propre » des personnages, qui font parfois des actions totalement en accord avec leur caractère, mais qui ne nous arrange pas du tout d’un point de vue scénaristique. Personnellement, cela ne me gêne pas trop car je suis une planificatrice dans l’âme, mais j’aime bien conserver un certain degré de liberté. C’est la raison pour laquelle j’ai sauté l’étape 9 dans ma fanfiction et ça me va très bien pour l’instant :)

AUTRES ARTICLES PARLANT DE LA MÉTHODE

Chez la Bêta-lectrice

Chez Mécanismes d’Histoire

Chez Le Renard Loquace

As tu déjà utilisé la méthode Flocon ? T’a-t-elle aidé à progresser ou est-ce que cela t’as plus embrouillé.e qu’autre chose ? N’hésites pas à m’en parler dans les commentaires, je trouve ça intéressant d’échanger sur le sujet :)

Publicités

2 commentaires

  1. ça me rassure je ne suis pas la seule à m’éparpiller et à avoir de gros problèmes de scénario *sifflote en regardant ailleurs*

    Plus sérieusement, j’ai découvert la méthode il y a pas longtemps aussi et étant en grosse galère sur pas mal de trucs dans mes scénarios, je pense que je vais opter pour cette solution. Je verrai comment elle me convient :D

    Merci pour ce bon résumé de la méthode en tout cas o/ et je vais aller faire un tour sur Scribook ça m’intrigue ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s